Mot du Consul

Cher (e) compatriote,

J’ai l’honneur de vous informer qu’en date du 21 avril 2015, j’ai pris mes fonctions en qualité de Consul d’Algérie à Vitry Sur Seine.

A cette occasion je vous adresse mes salutations fraternelles et tiens à vous faire part de mon entière disponibilité et de ma détermination à défendre votre dignité et àCONSUL préserver vos droits matériels et moraux au niveau des cinq départements couverts par ma circonscription consulaire (Val de Marne, Seine et Marne, Essonne, Yonne et Nièvre).

Je tiens aussi à vous assurer que je ne ménagerai aucun effort pour veiller personnellement à donner à vos préoccupations légitimes le plus large écho possible en vue de leur prise en charge par les autorités de notre pays.

Je m’attacherai par ailleurs à réunir toutes les conditions propices au raffermissement des liens multiformes de notre communauté avec son pays et à sa contribution à l’effort de développement national.

Pour ce qui est de l’accueil au niveau du Consulat et des prestations que vous y sollicitez quotidiennement, je compte en attendant notre installation dans de nouveaux locaux plus adaptés, mettre en place dans des délais très courts une nouvelle organisation des services qui devrait faciliter vos démarches au sein du Consulat.

Les initiatives que je compte prendre dans les semaines et les mois qui viennent devront bénéficier de votre aide et de votre adhésion et être enrichies par vos suggestions, si elles veulent avoir une chance de réussir.

Comme vous pourrez compter sur mon aide et sur celle du personnel de ce Consulat qui déploie d’immenses efforts pour satisfaire vos multiples demandes, j’espère pouvoir bénéficier de votre aide et de votre soutien dans l’accomplissement de la noble tâche qui m’a été confiée.

Le succès de ma mission dépendra pour beaucoup de ce climat de confiance et de proximité que je compte instaurer entre le Consulat et les membres de notre communauté.

En attendant les rencontres que je compte programmer dans un avenir proche, je vous prie de croire, cher(e) compatriote en mes sentiments fraternels.

HARAIGUE Hamid